5- Les blocs

L’éditeur de bloc

Tout d’abord, je vais vous détailler l’environnement d’édition qui nous servira à créer nos blocs. Lorsque l’on crée un bloc, on parle de définition de bloc. Comme je l’ai dit plus haut, une définition de bloc est un regroupement de plusieurs objets qui n’en forment qu’un seul. Chaque définition de bloc porte un nom qui lui est propre et c’est à vous de le choisir. Il existe plusieurs méthodes de création de bloc mais avant d’en arriver là, rendez-vous dans l’onglet « Insertion » du ruban et dans le groupe « Bloc » :

Image utilisateur

Nous allons ouvrir l’éditeur de blocs. C’est un environnement à part de l’espace objet et l’espace de présentation, bien que l’on puisse y dessiner de la même façon. Cliquez sur le bouton « Editeur de blocs » :

Image utilisateur

Vous avez aussi la possibilité de taper en ligne de commande, suivant vos préférences :

Code : AutoCAD – Sélectionner

1
_bedit

Nommez votre bloc en tant que « Essai » (par exemple) et validez en appuyant sur « OK ». Un nouvel onglet « Editeur de blocs » est créé, le fond change de couleur et la palette de création de blocs apparaît. Voici ce que vous devez voir à l’écran :

Image utilisateur

Si vous obtenez la même interface, c’est que vous vous trouvez dans l’éditeur de blocs. Que voyons-nous dans le ruban ? De gauche à droite, dans le premier groupe on pourra modifier, enregistrer et tester notre bloc pour voir la manière dont il réagit par rapport aux paramètres et actions qu’on lui aura attribués. Les 3 groupes suivants concernent les contraintes. Là, vous connaissez. Le groupe suivant répertorie les paramètres et les actions. Vous y avez accès également dans la palette de création de blocs. Le groupe « Visibilité » qui est actuellement grisé nous servira lorsque l’on affectera un paramètre de visibilité à notre bloc (nous allons y venir). Enfin, le dernier groupe ferme l’éditeur. Nous allons faire un petit essai.

Retour en haut

Créer un bloc

Dessinez une platine percée en son centre comme ci-dessous. Cette pièce devra faire 50mm par 50mm et son trou devra avoir un diamètre de 16mm. Bien-sûr, vous pouvez toujours changer d’onglet pour aller chercher vos outils de dessin. Tant que vous ne fermez pas l’éditeur, vous resterez à l’intérieur.

Image utilisateur

Cliquez sur « Enregistrer le bloc » puis sur « Fermer l’éditeur de blocs ».

Oups ! Mince, mon dessin a disparu ! Dois-je tout recommencer ?

Non, rassurez-vous, votre bloc existe et a bien été créé. Il faut juste l’insérer dans le dessin si vous souhaitez le voir. Cliquez sur « Insertion » et dans le menu déroulant du haut, sélectionnez votre bloc « essai » puis validez. Il vous suffit de placer votre bloc dans le dessin à l’endroit de votre choix. Vous venez de créer votre premier bloc.

Nous venons de créer un bloc en passant par l’éditeur de bloc. Sachez ne vous n’êtes pas obligés de passer par là. En effet, vous avez la possibilité de créer votre dessin dans l’espace objet puis de copier tous ses éléments et d’effectuer un collage en tant que bloc. :waw:

Voici la démarche à effectuer :

  • Créez la même pièce que tout à l’heure mais cette fois-ci dans votre espace objet.
  • Sélectionnez votre pièce en totalité puis faites un Ctrl + c.
  • Ensuite, faites un clic droit et choisissez « Coller en tant que bloc ».
  • Ou alors appuyez sur Ctrl + Maj + v.

Dans tous les cas, votre bloc a été créé et référencé sous un nom du style : « A$C18DE5B9F ». Vous pouvez bien sûr le renommer en double cliquant dessus si vous le souhaitez (cela implique un passage par l’éditeur), sinon vous pouvez le laisser tel quel. Dans la boîte de dialogue qui s’affiche, sélectionnez votre bloc puis validez. Une fois dans l’éditeur de blocs, enregistrez votre bloc sous « Platine » par exemple puis fermez l’éditeur.

Supprimer une référence de bloc

Pour supprimer une référence de bloc il ne suffit pas de supprimer les blocs présents dans le dessin. Les blocs seront supprimés mais la référence existera toujours. Heureusement, Autodesk a tout prévu. Nous allons purger notre dessin grâce à cette commande :

Code : AutoCAD – Sélectionner

1
purger

La commande « purger » ne sert pas uniquement à supprimer les références de bloc que l’on ne souhaite plus. Cette commande permet d’alléger le fichier de dessin en supprimant les éléments du dessin inutilisés comme nos amis les blocs mais aussi les calques, styles de cote, types de ligne etc. Ici, nous voulons supprimer uniquement la référence : « A$C2B8E3E9B ».

Image utilisateur

Dans l’arborescence, déroulez « Blocs » puis sélectionnez le bloc à purger. Cliquez sur « Purger ». Le bouton « Purger » efface uniquement les éléments sélectionnés. Si vous choisissez « Tout purger », cela aura pour effet de supprimer toutes les références non utilisées. Faites donc attention à ce que vous faites. Pour finir, cliquez sur « purger cet élément ».

Avant de vouloir purger des références de bloc, vérifiez d’abord qu’ils ne soient pas présents dans votre dessin. Si vous ne voyez pas la référence que vous recherchez, sélectionnez « Afficher les éléments non purgeables ». Si l’élément que vous recherchez s’affiche avec cette option, c’est qu’il se trouve encore dans votre dessin. Supprimez-le du dessin puis recommencez l’opération.

Créer un bloc c’est bien et ça peut se révéler très pratique. Mais si je vous propose maintenant d’y ajouter des paramètres afin de pouvoir le modifier en temps réel, là, c’est le top du top ! Nous allons voir ce qu’est un bloc dynamique.

Retour en haut

Les blocs dynamiques : Paramètres

Ajouter du dynamisme dans les blocs va nous permettre de contrôler la géométrie et/ou les dimensions de ces blocs par l’affectation de paramètres. Cela permet entre autres de pouvoir modifier un bloc sans être obligé de passer par l’éditeur de bloc. Nous allons prendre l’exemple d’une poutrelle métallique. Si on souhaite modifier sa longueur, nous ne serons pas forcés de passer par l’éditeur de bloc. Nous pourrons lui donner la longueur souhaitée directement dans le dessin à l’aide d’une poignée par exemple. C’est beaucoup plus pratique.

Les paramètres de bloc

Les paramètres de bloc constituent un élément moteur dans l’élaboration d’un dynamisme de la géométrie. Ils vont nous permettre le contrôle des éléments du dessin en fonction des actions qui lui seront associées. Un paramètre de bloc sera donc associé à une action afin de pouvoir la contrôler.

Icônes Description
Image utilisateur
Permet d’ajouter un paramètre d’alignement à un bloc.
Image utilisateur
Permet d’ajouter un point de base à un bloc.
Image utilisateur
Permet d’ajouter un paramètre de consultation à un bloc.
Image utilisateur
Permet d’ajouter un paramètre d’inversion à un bloc.
Image utilisateur
Permet d’ajouter un paramètre linéaire à un bloc.
Image utilisateur
Permet d’ajouter un paramètre de point à un bloc.
Image utilisateur
Permet d’ajouter un paramètre polaire à un bloc.
Image utilisateur
Permet d’ajouter un paramètre de rotation à un bloc.
Image utilisateur
Permet d’ajouter un paramètre de visibilité à un bloc.
Image utilisateur
Permet d’ajouter un paramètre XY à un bloc (comme un paramètre linéaire sur les 2 axes).

Nous allons dessiner notre poutrelle métallique. Nous la dessinerons avec des traits de constructions (vous devez savoir de quoi je parle maintenant :pirate: ) en vue de profil avec un axe principal d’une couleur différente des traits de construction. Pour vous aider, vous pouvez reproduire ce dessin (sans la cotation) :

Image utilisateur

Ceci étant fait, sélectionnez les objets de votre dessin puis dans l’onglet « Insertion » du ruban, cliquez sur créer. Donnez un nom à votre bloc comme « poutre » par exemple et éventuellement une description puis validez. Ouvrez votre nouveau bloc dans l’éditeur de blocs en double cliquant dessus et ajoutez-lui un paramètre polaire. Le paramètre polaire agit un peu à la manière d’une cote alignée. À la différence du paramètre linéaire, nous pourrons le faire pivoter à la souris lors d’un redimensionnement. Ajoutez-lui également un point de base sur l’extrémité gauche de l’axe.

Le fait de spécifier un point de base permet lors de l’insertion du bloc dans le dessin de positionner le curseur de la souris sur ce point. Aussi, rien ne vous empêche de placer le paramètre à chaque extrémité de l’axe. Dans ce cas, le bloc pourra pivoter sur son axe et non sur le dessus. Vous pouvez le modifier en abaissant chacune des poignées jusqu’aux extrémités de l’axe.
Image utilisateur

Vous pouvez enregistrer votre bloc. Nous allons détailler maintenant les actions que l’on peut affecter aux paramètres.

Retour en haut

Les blocs dynamiques : Actions

Comme je vous l’ai dit précédemment, on associe généralement une action à un paramètre. Les éléments concernés par cette association sont les paramètres, mais aussi les objets géométriques du bloc. On affectera donc l’action à ce que l’on appelle un point clé du paramètre (une poignée pour déclencher l’action) et à une sélection de plusieurs objets géométriques qui seront concernés par cette action. Voici les différentes actions que l’on peut rencontrer dans AutoCAD :

Icônes Description
Image utilisateur
Ajoute une action de consultation à un bloc. Permet d’attribuer ou de consulter les valeurs de paramètres de bloc.
Image utilisateur
Ajoute une action de déplacement à un bloc ou un élément de bloc.
Image utilisateur
Ajoute une action de mise à l’échelle à un bloc ou un élément de bloc.
Image utilisateur
Ajoute une action d’étirement linéaire à un bloc ou un élément de bloc.
Image utilisateur
Ajoute une action d’inversement à un bloc ou un élément de bloc.
Image utilisateur
Ajoute une action de réseau d’objets à un bloc ou un élément de bloc.
Image utilisateur
Ajoute une action de rotation à un bloc ou un élément de bloc.
Image utilisateur
Ajoute une action d’étirement polaire (aligné) à un bloc ou un élément de bloc.

Nous avons attribué à notre dernier bloc un paramètre polaire. L’action adéquate ici, vous vous en doutez, sera une action d’étirement polaire qui, je le précise, ne fonctionne qu’avec le paramètre polaire. Choisissez l’action d’étirement polaire puis sélectionnez le paramètre (distance 1). Indiquez le point clé sur le carré bleu de droite du paramètre et sélectionnez les objets du bloc qui sont concernés par l’action (voir le cadre en pointillés).

Image utilisateur Image utilisateur

Sélectionnez les objets qui seront étirés (cadre vert) et validez avec Entrée. Enfin, sélectionnez la ligne verticale de gauche du bloc pour indiquer que cet objet fait partie de la transformation afin qu’il puisse pivoter mais qu’il ne doit pas subir l’étirement puis validez avec Entrée.

Image utilisateur Image utilisateur

Bien, observez l’icône visible à côté du paramètre qui vous indique l’action qui lui est associée. Si vous pointez avec votre souris sur cette icône, on s’aperçoit que tout ce qui lui est associé est mis en surbrillance. Nous avons presque terminé. Il faut tester notre bloc dynamique pour voir la façon dont il réagit. Dans le ruban, cliquez sur « Tester le bloc ». Cliquez sur la poignée de droite puis déplacez la souris pour observer le résultat. Si vous avez bien suivi, voici ce qu’il se passe :

Image utilisateur

Vous pouvez fermer l’espace de test et enregistrer votre bloc. Essayez de l’insérer dans l’espace objet. Admettez que ça va nous faire gagner beaucoup de temps tout ça !

Comme je l’ai dit au début, vous pouvez ajouter des contraintes dans vos blocs mais je voudrais faire un petit point là-dessus. Il est préférable de ne pas mélanger les contraintes et les actions dans le même bloc. Cela aurait pour effet de produire (peut-être suivant les cas) certaines contradictions ou des résultats non souhaités. Bien sûr ce n’est pas interdit, c’est juste déconseillé. Après c’est comme vous le sentez mais gérer les 2 ne sera pas évident, vous êtes prévenu !

Je viens de vous montrer une seule méthode de création de bloc dynamique. Dans ce cas, notre poutrelle se modifie en fonction de sa longueur, ce qui nous évite de la redessiner à chaque fois. Mais il existe des matériaux de type « standard » avec des dimensions déjà prédéfinies comme les vis par exemple. Il serait judicieux de créer un menu de sélection comprenant différentes tailles de vis qui seraient redimensionnables à volonté. Et bien c’est impossible ! Non, je rigole. C’est tout à fait possible et nous allons voir ça tout de suite. :D

Une liste de choix

Tout d’abord, nous allons dessiner toutes nos vis dans l’éditeur de bloc. Ensuite, nous allons leur ajouter des paramètres et actions qui permettront de les rendre invisibles suivant la sélection que l’on aura choisie puis nous les rendrons redimensionnables en longueur. Voici les éléments sur lesquels nous allons travailler :

Image utilisateur

Et comme je suis dans un bon jour, vous n’avez même pas besoin de dessiner les vis. Téléchargez ce fichier avant de créer le bloc dynamique. Une fois le téléchargement terminé, double cliquez sur le fichier puis copiez et collez tous les éléments dans l’éditeur de blocs. Nous lui donnerons le nom de « vis » par exemple. Il y a 3 vis correspondant à une taille allant d’un diamètre de 10 mm pour la première à 14 mm pour la dernière (celle du centre étant à 12 mm). Ces dimensions concernent le corps de la vis et non la tête. Sur ce corps de vis est représenté le filetage. Le filetage ou le pas de vis correspond à la forme hélicoïdale de la surface de la vis qui lui permet d’avancer ou reculer suivant son sens de rotation. En gros, c’est cette forme qui permet à la vis de visser ou de dévisser.

Image utilisateur

Par exemple, une vis avec un pas de vis de 1,25 correspond à l’avancement de la vis (en millimètre dans le cas d’un pas métrique) lorsqu’un tour complet est effectué. On saura donc que lorsqu’on fait tourner cette vis sur un tour, elle avance ou recule de 1,25mm.

On désigne généralement les tailles de vis par une convention de nommage : M10, M12 et M14 pour ce cas là. La lettre « M » correspondant au type de filetage (M étant un filetage métrique) et le nombre correspondant au diamètre de la vis en millimètre. Zoomez sur la plus petite vis (M10) et attribuez-lui un point d’origine entre la tête de vis et le corps. Ensuite placez un paramètre linéaire sur le corps ainsi qu’un paramètre de visibilité au dessus dans l’axe de la vis.

Image utilisateur Image utilisateur

Le paramètre de visibilité va nous permettre de choisir les éléments que l’on souhaite afficher ou masquer en fonction d’un choix. Dans le ruban de l’éditeur de blocs, dans le groupe « Visibilité », cliquez sur « États de visibilité ». Une boîte de dialogue s’affiche. Renommez le premier état sous le nom de « M10 » puis créez 2 autres états (M12 et M14) et validez.

Image utilisateur Image utilisateur

Dans la liste déroulante du groupe « Visibilité » du ruban, sélectionnez l’état « M10 » puis cliquez sur masquer : Image utilisateur. Sélectionnez les 2 vis à droite de la M10. Attention à bien sélectionner tous les éléments correspondant uniquement aux vis M12 et M14. Tout ce qui est sélectionné sera masqué lorsque le choix se portera sur M10. Donc prudence lorsque vous choisissez les objets à masquer. À l’identique et c’est valable pour toutes les vis, ne sélectionnez jamais le paramètre de visibilité sinon vous ne pourriez plus avoir le choix de la sélection lors du passage dans l’état concerné. Ceci étant fait, appuyez sur Entrée. Vos 2 vis ont disparu. Il ne reste plus que la M10 qui se trouve dans l’état de visibilité « M10 ». C’est ce que l’on veut, continuons.

Si vous souhaitez voir en transparence les vis qui sont masquées, cliquez sur « mode de visibilité » : Image utilisateur. Les éléments masqués seront légèrement plus clairs que les éléments visibles.
Image utilisateur

Effectuez la même opération avec la M12. Sélectionnez l’état de visibilité « M12 » puis masquez les vis et leurs paramètres qui ne correspondent pas à la M12. Attention à ne pas sélectionner le paramètre de visibilité, j’insiste. Voici le résultat :

Image utilisateur
Image utilisateur

Tous les états ont été définis. Nous allons maintenant superposer nos vis afin qu’elles s’affichent toutes au même endroit. Sélectionnez la M12 et ses paramètres puis choisissez le même point pour la déplacer que le point d’origine de la M10. Superposez-la à la M10 puis faites la même opération avec la M14. La superposition doit ressembler à ça :

Image utilisateur

Ceci étant fait, nous allons attribuer une action d’étirement à chaque paramètre linéaire. Cliquez sur « mode de visibilité » : Image utilisateur afin de masquer les autres vis visibles et sélectionnez l’état de visibilité « M10 ». Ajoutez une action « Étirer » au paramètre linéaire de la M10 et faites la même opération pour les 2 autres vis.

Image utilisateur

Enregistrez votre bloc et cliquez sur « tester le bloc ». Si tout s’est bien passé, vous devriez obtenir ce résultat. Un bloc de plusieurs vis paramétrables à souhait. La poignée triangulaire du haut vous permet de choisir le type de vis (diamètre) et la poignée du bas vous permet de modifier sa longueur.

Image utilisateur

Pour l’instant, la vis est pour ainsi dire fixe lors de l’étirement. Vous pouvez essayer de modifier l’action d’étirement et la remplacer par une action d’étirement polaire par exemple. Cela implique évidement le changement de paramètre en polaire. Si vous souhaitez pousser le vice un peu plus loin, permettez à cette vis de pivoter. Cela vous fait un bon exercice d’entraînement à la modification de bloc et si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas. Maintenant que nous savons créer des blocs et y ajouter du dynamisme, il faut pouvoir les stocker quelque part. C’est ce que je vous propose. Nous allons voir comment créer des bibliothèques de blocs.

Retour en haut

Les bibliothèques de blocs

Une fois vos blocs créés, vous souhaitez peut-être les stocker dans un endroit qui vous permettra de les retrouver facilement. Je vous propose de découvrir ce que l’on appelle les bibliothèques de blocs. Une bibliothèque de blocs est tout simplement un fichier de dessin dans lequel se trouvent plusieurs blocs. Vous avez la possibilité :

  • D’utiliser les bibliothèques de blocs standards fournies avec AutoCAD.
  • De créer et d’utiliser vos propres bibliothèques.

Concernant les bibliothèques de blocs d’AutoCAD, ne vous attendez pas à trouver un trésor. Ce sont pour la plupart des exemples que vous pouvez étudier et/ou modifier si vous le souhaitez pour vous entraîner. On les trouve à l’aide du DesignCenter. C’est un lieu où sont regroupés tous les fichiers de blocs, de styles etc… En gros, c’est une zone qui organise pour nous l’accès à des contenus de dessin. Pour ouvrir le DesignCenter, rendez-vous dans le menu « Outils », choisissez « Palettes » puis « DesignCenter » ou si vous préférez, vous pouvez taper la commande :

Code : AutoCad – Sélectionner

1
adcenter

La palette s’ouvre et au premier coup d’œil on voit clairement 2 parties bien distinctes. Celle de gauche est une arborescence vous permettant d’avoir accès à tous les fichiers de bibliothèque et celle de droite affiche le contenu, l’aperçu et la description des éléments du dossier ou du fichier sélectionné.

Image utilisateur

Nous allons faire un essai. Déroulez le dossier « Sample » puis le dossier « DesignCenter » dans l’arborescence, choississez un fichier de bibliothèque (« House Designer » par exemple) et déroulez-le pour afficher son contenu. On peut voir que l’on a des blocs, des calques, des présentations, des styles, bref, du contenu. Choisissez « blocs » dans l’arborescence.

Image utilisateur

Tous les blocs disponibles s’affichent sous forme de miniatures. Si vous en sélectionnez une, vous aurez accès à sa description et à la représentation réelle du bloc. Il y a beaucoup de blocs présents dans le DesignCenter mais la plupart ne vous serviront probablement jamais. À savoir, le DesignCenter permet aussi de voir les blocs contenus dans des fichiers déjà ouverts. Pour faire cela, il vous suffit juste de changer d’onglet. À condition qu’un ou plusieurs fichiers de dessin soient ouverts.

Image utilisateur

Créer sa propre bibliothèque

Comme vous l’avez sûrement compris, créer une bibliothèque revient à créer nos blocs dans un dessin et l’enregistrer sur le disque dur. Rien de plus simple. Ce que vous pouvez faire, c’est créer un dossier « Mes_Blocs » par exemple dans le dossier d’AutoCAD « DesignCenter » où se trouvent tous les autres fichiers de bibliothèques. Comme ça, vous y aurez directement accès en ouvrant le DesignCenter. Mais si vous préférez l’enregistrer dans vos documents, je n’y vois pas d’inconvénient à partir du moment où vous pouvez y avoir accès facilement. Avec cette dernière méthode, lorsque vous aurez besoin d’un bloc, vous pourrez aller chercher votre fichier de bibliothèque et l’ouvrir en même temps que votre conception. Il suffira de changer d’onglet dans le DesignCenter pour avoir accès à vos blocs et pouvoir les insérer facilement dans le dessin.

Le DesignCenter c’est bien pratique, mais il y a mieux ! Avant de clôturer ce chapitre, je vais vous offrir un petit bonus. Je vous propose de créer une palette dans laquelle nous aurons accès à nos blocs directement, dans n’importe quel dessin et sans ouvrir le DesignCenter. :waw:

Retour en haut

BONUS : Une super palette !

Dans ce bonus, nous allons créer une palette de bloc qui sera affichée en permanence dans notre espace de travail. Une palette est une zone contenant des onglets permettant d’organiser des blocs et/ou des outils personnalisés. Vous pourrez à partir de cette palette :

  • Sélectionner l’élément de votre choix.
  • Voir la miniature de votre outil.
  • Avoir une référence textuelle sous chaque miniature.

Similairement à un bouton, vous pourrez utiliser votre outil dans n’importe quel dessin sans être obligé de passer par le DesignCenter. Cliquez sur ce bouton et votre bloc sera au bout de votre curseur. L’idéal étant d’organiser les onglets de votre palette par catégories de blocs, vous pourrez personnaliser à votre sauce chaque onglet comme bon vous semble. Commencez par ouvrir le fichier où se trouve vos blocs. Ensuite, allez dans l’onglet « Vue » du ruban puis cliquez sur « Palettes d’outils » ou tapez la commande ci-dessous.

Code : AutoCAD – Sélectionner

1
paletteoutils

Lorsqu’on construit une nouvelle palette, il est bien de créer :

  • Un groupe de palette afin d’avoir accès uniquement à nos palettes et masquer les autres déjà présentes.
  • Des nouvelles palettes avec un nom différent pour contenir nos blocs.
Image utilisateur

Voici toutes les palettes par défaut d’AutoCAD. Si vous le souhaitez, vous pouvez les parcourir et même les essayer. Elles sont faites pour ça. Maintenant je vais vous demander de cliquer sur le bouton des propriétés de la palette.

Image utilisateur

Tout en bas du menu des propriétés on trouve la ligne « Toutes les palettes » cochée. Cette option affiche toutes les palettes de tous les groupes. Les lignes du dessus correspondent en fait à des groupes de palettes. Si on en sélectionne un, seules les palettes de ce groupe seront affichées. Donc, afin d’afficher dans ce menu nos propres palettes, il va falloir créer aussi notre propre groupe. Faites un clic droit dans une zone vide d’une des palettes et choisissez « Nouvelle palette ». Pour ma part, je souhaite y insérer des coudes métalliques, je vais donc la nommer : « Coudes ». Votre palette a été créée. Si vous cliquez sur son onglet, on peut s’apercevoir qu’elle est vide. Avant de la remplir, nous allons régler son style d’affichage. Faites un clic droit au milieu de votre palette et choisissez « Options d’affichage… ».

Image utilisateur

Réglez les paramètres comme ci-dessus et validez. Maintenant que notre palette est prête à accueillir nos blocs, nous allons pouvoir créer un groupe qui la contiendra. Faites un clic droit dans la barre de titre cette fois-ci et choisissez « Personnaliser les palettes ».

Image utilisateur

Dans la colonne de gauche, je peux voir ma palette « Coudes » qui a été effectivement créée. Placez-vous dans la colonne de droite, un clic droit et sélectionnez « Nouveau groupe ». Nommez-le par exemple « Mes blocs », puis validez. Votre groupe a peut-être été créé dans un autre groupe. Prenez le dossier à la souris puis déplacez-le tout en bas de la colonne de droite. Dans la colonne de gauche, prenez votre palette et faites-la glisser jusqu’à votre nouveau groupe.

Image utilisateur

Retournez dans les propriétés de la palette puis sélectionnez votre groupe. On commence à y voir un peu plus clair. La barre de titre de la palette nous indique bien « Palettes d’outils – Mes blocs » et seul l’onglet de notre palette « Coudes » est affiché.

Image utilisateur

Bien, nous en avons presque terminé. Prenez votre palette et déplacez-la sur la droite de la fenêtre pour l’ancrer. Ensuite, en plaçant le curseur de la souris sur le bord gauche de la palette, donnez-lui une largeur raisonnable pour l’ajuster à l’écran.

Image utilisateur

Ouvrez le DesignCenter et choisissez l’onglet « Dessins ouverts » puis choisissez les blocs. Tous vos blocs précédemment créés s’affichent dans la partie droite du DesignCenter.

Image utilisateur

Prenez vos blocs un par un et faites-les glisser jusqu’à votre palette. Vous pouvez les organiser comme vous le souhaitez. Personnellement, je les ai mis par ordre chronologique. Voici le résultat :

Image utilisateur
Lorsque vous placez vos blocs sur la palette, vous pouvez tous les faire glisser d’un coup à condition qu’ils soient tous sélectionnés. Il faudra patienter quelques instants avant de relâcher le bouton de la souris. Suivant le nombre de blocs que vous avez et votre système, cela peut prendre un certain temps. Rien de bien méchant.

Attention à ne pas déplacer le fichier où sont contenus vos blocs. Comme vous avez placé vos blocs à partir de l’emplacement actuel, si vous changez le fichier de place, vous n’aurez plus accès à vos blocs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s